Mémoire de fin d’étude de Marie Mouihi, étude menée pendant un stage à Terre de Liens Midi-Pyrénées

“Dynamiques territoriales et stratégies de transmission des élevages ovin lait dans le Sud Aveyron”

Ingénieur de l’Institut Supérieur des Sciences agronomiques, agroalimentaires, horticoles et du paysage, 2015

Pour télécharger le mémoire en Pdf : ICI

Egalement en téléchargement : une plaquette 4 pages sur les enjeux de l’installation-transmission dans le Sud Aveyron, sur ces élevages ovin lait. ICI

Résumé de l’étude :

“Si la région du Sud Aveyron reste plus dynamique que la moyenne nationale, grâce notamment à la filière Roquefort, le monde agricole est confronté comme ailleurs à un problème de renouvellement des agriculteurs, dont environ un tiers à plus de 55 ans. C’est pourquoi la question de l’avenir des fermes se pose sérieusement. De plus, comme partout en France, le nombre d’exploitations agricoles et d’agriculteurs n’a cessé de diminuer. Pour freiner cette “hémorragie” qui semble être amenée à s’aggraver, il semble indispensable de réagir et d’intervenir pour permettre la reprise des fermes par de nouveaux agriculteurs. Alors que ce constat est partagé par l’ensemble de la “profession” agricole, les actions menées et les solutions proposées n’ont jusqu’à présent pas réussi à inverser la tendance.
En effet, bien que la volonté collective d’installer des agriculteurs soit par tous affichée, cela ne semble pas suffire à maintenir le nombre de fermes et d’agriculteurs. Ceci s’explique notamment par une confrontation entre l’intérêt général du territoire et les intérêts individuels de chacun. C’est pourquoi, cette étude porte plus particulièrement sur les stratégies individuelles des éleveurs (cédants et repreneurs) lors de la transmission d’une ferme en veillant à expliquer les éléments du contexte socio-économique (marché foncier, politiques agricoles, marché laitier et réforme de Roquefort) influençant ces stratégies.

Cette étude portée par l’association Terre de Liens Midi-Pyrénées, s’intéresse principalement au transfert des fermes (terre et bâti) selon trois approches privilégiées : foncière, patrimoniale et financière. C’est donc sous ces trois angles que furent menés les entretiens auprès des différents acteurs “témoins” et que furent analysés une douzaine d’exemples de transmissions. Après une caractérisation de chaque type de transmission, un ensemble de facteurs influençant les choix des cédants et des repreneurs furent identifiés.

Enfin, dans un dernier temps, furent présentées quelques pistes de solutions, individuelles et collectives, basées sur des réflexions et des initiatives déjà existantes ou envisageables pour favoriser le maintien des fermes sur le long terme, situé au coeur d’un projet de développement local.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.